Master commerce international - interview d'un recruteur


Le secteur du commerce international attire beaucoup de jeunes diplômés de Bussiness Schools. TageMajor a interviewé Jérôme Nathan, recruteur dans un cabinet parisien spécialisé dans le commerce international.

 

TageMajor : Comment définiriez-vous aujourd’hui le marché des embauches sur le secteur du commerce international pour les jeunes diplômés ?

 

Jérôme Nathan : Il y a eu un net repli de l’activité durantun certain nombre de mois. De fait, le nombre d’embauches dans le secteur s’est vu ralentir et particulièrement quant aux juniors.


Néanmoins, ce secteur reste toujours une opportunité de carrière très intéressante. 


 

TM : Vos critères de recrutement ?

 

JN : Les profils que nous sélectionnons sont très variés. Peut-être plus maintenant qu’il y a quelque temps. Auparavant, nous mettions principalement l’accent sur les jeunes sortants d’ESC, ayant réalisé des Masters de commerce international, par exemple à KEDGE Business School.


Néanmoins, les écoles sont maintenant concurrencées par d’autres formations comme les IAE. Nous pouvons par exemple citer l’IAE Lyon et son master Commerce Extérieur.

 

TM : Le diplôme fait tout ?

 

JN : Bien au contraire, le plus important reste les expériences professionnelles du diplômé au cours de ses études. Des expériences dans le domaine du commerce international, qui plus est réalisées à l’étranger, sont très valorisantes pour les profils.

 

TM : Un conseil ?

 

JN : Un profil sera valorisé dans le cadre d’un recrutement en commerce international sur la base des expériences professionnelles. Je conseille donc aux étudiants de choisir une Business School, un IAE ou autres,  de se diriger vers des diplômes qui font une bonne place aux stages dans leurs cursus.


Article rédigé par Julien Sandras, Directeur Pédagogique TageMajor.com

Autres articles pouvant vous interesser :

Comment réussir son premier jour de stage en entreprise

Un guide pour améliorer son expression écrite

Le Bachelor manque encore un peu de notoriété

Le budget public 2013 alloué aux écoles privées a fondu

Une conférence sur les relations avec les entreprises