France Business School: faut-il l’intégrer ?


Par Théodore COUTURIER


La vision de Patrick Molle pour la France Business School, c’est quoi ?

 

La France Business School est un projet ambitieux porté par Patrick Molle qui a nous a fait part le Mardi 6 Novembre 2012 à la Cantine par Silicone Sentier, de sa vision de l’enseignement supérieur et de son évolution.

 

L’ ancien directeur de l’EM Lyon est moderne, assuré et nous présente le projet qu’il porte et l’équipe qui l’accompagne.  

 

La France Business School est délibérément moderne par son fonctionnement, son équipe, ses choix de campus mais aussi sur son processus d’admission


Comme l’assure Patrick Molle « nous ne sommes pas des agitateurs, nous ne voulons pas tout chambouler mais l’enseignement, les étudiants, le monde du travail évoluent, nous devons évoluer avec ! ». 


Les règles semblent claires, l’école se veut différente, il ne s’agit pas d’une fusion entre plusieurs écoles type Skema Business School ou Kedge Business School mais d’un nouveau moyen d’enseigner et d’apprendre.


Patrick Molle par son expérience ainsi que sa connaissance de l’éducation élitiste rassure. Son équipe et notamment Fabrice Mauléon, prof de droit mais aussi responsable du développement de la France Business School, conforte notre principale crainte : le maintien d’un niveau d’enseignement de grande qualité.


 

La recherche de talents 


Ici on ne sélectionne pas des étudiants, on oublie les termes de concours, les sélections classiques, les écrits, les oraux, la France Business School recherche des talents atypiques (ils insistent là dessus), variés, de tous les âges, de toutes les formations. 


C’est ainsi que le projet pourrait se résumer, c’est surement l’idée principale qui guide ce projet. L’école vise à recruter des talents, issus non seulement de formations variées comme le font les autres écoles mais aussi et surtout d’univers variés.


Ainsi, les étudiants en design, en art, seront les bienvenus.

 

Mais aussi, Patrick Molle le dit « les étudiants ayant raté leur concours de médecine, ceux ayant fait 2 ans de prépa pourront intégrer l’école».


Ces talents, ces profils atypiques, les candidats potentiels au programme grande école de France Business School, l’école les a bien identifiés et les résume ainsi: « les 6 profils éligibles »


 

L’entreprenariat au centre

 

Pas étonnant me direz-vous, puisque l’EM Lyon est la grande école de commerce la plus réputée pour l’entreprenariat et que Patrick Molle en était le Directeur Général.

 

« L’entreprenariat est un art, pas une science, la preuve : aucune entreprise ne serait en difficulté financière autrement». Le terme science de gestion est d’ailleurs à ne pas employer, ici entreprendre est un art.

 

Patrick Molle nous raconte qu’il trouve que le format de Master Chef est proche de son école. Des professionnels expérimentés qui viennent vous montrer, vous donner des conseils, vous guider, voilà à quoi il veut que son école ressemble.

 

L’enseignement 2.0.

 

Cette fois ci c’est Fabrice Mauléon qui prend la parole. « Les classes endormies ou 10 étudiants seulement suivent le cours sont à bannir, c’est aussi frustrant pour les élèves que pour le professeur ». 


Fabrice Mauléon, aimerait voir ses étudiants gérer leurs emplois du temps sur tablettes, mesurer les connaissances acquises sur ce même support.


Il veut même repenser les salles de cours (le choix de la conférence à la Cantine est d’ailleurs significatif, puisque c’est un endroit de partage, de travail participatif pour des jeunes start up parisiennes), « pouvoir faire cours dans un endroit comme ici qui sent le café chaud voilà ce qui me fait rêver » assure-t-il.

 

Les accréditations

 

Patrick Molle le dit les accréditations ne sont pas sa priorité, selon lui « Il ne s’agit pas d’aligner sur une plaquette tous les logos d’accréditations disponibles : c’est trompeur, et on pourrait s’y perdre ». 


L’école passe en commission en Avril pour obtenir le grade de master. Et travaille aussi pour l’accréditation AACSB. En ce qui concerne l’accréditation EQUIS, elle demande beaucoup plus de temps et est remise à plus tard. 


Les campus


France Business School compte 5 campus en France, et 2 à l’étranger. En ce qui concerne l’étranger, celui qui ouvrira en premier est situé à Shanghai. Le second ouvrira un peu plus tard en Inde.

 

Le voyage fait partie de la formation de la France Business School, l’enseignement à distance est d’ailleurs mis en avant. En France aussi, les étudiants auront à passer au moins par 2 campus différents de l’école.

 

La sélection

 

Elle sera beaucoup plus souple, et pas uniquement basée sur des épreuves écrites. Le modèle de sélection sera tout nouveau, nous le décrivons ici 

 

En conclusion

 

En 2012, seul le programme grande école sera disponible à la France Business School qui promet de très vite ouvrir des masters et un programme Bachelor. La priorité est de moderniser cet éco système des écoles de commerce. 

 

Et Patrick Molle qui conclut « ceux qui intégreront l’école dès le départ relèveront un pari et seront audacieux c’est en ça que tout de suite ils correspondront à l’esprit de l’école »

 

Qu’en pensez-vous ? Un modèle de sélection plus souple ? Une école qui veut bousculer sans chambouler et qui a à sa tête une équipe expérimentée? Seriez-vous assez audacieux pour la rejoindre ?

Autres articles pouvant vous interesser :

Zoom sur le Programme Grande Ecole

Audencia Nantes

Classement Financial Times 2013

NEOMA Business School

Oraux blancs à l'ESC Dijon pour ses admissibles