Le financement étudiant - Prêt étudiant


finance.png

Les différentes subventions publiques 


Si être issu d'un milieu pas franchement aisé vous a surtout enseigné l'ambition, renseignez-vous d'abord auprès du CROUS qui accorde des bourses sociales par échelons. Ces dernières dites à « taux zéro » – ce qui rime au minimum avec une exonération des droits de scolarité ainsi que de la sécurité sociale étudiante dans un établissement public – sont calculées en fonction des ressources familiales et demeurent réservées aux bacheliers (ou étudiants) inscrits en premier (ou second cycle) dans un établissement du Ministère de la jeunesse et de l'Education Nationale, de nationalité française ou européenne, âgés de moins d

e 26 ans et titulaires d'un bac. Les montants accordés s'étalent de 1315€ (échelon 1) à 3554€ (échelon 5) mensuels.

 

Si vous poussez vos études au-delà d'une licence, il est temps de jeter un œil du côté des bourses universitaires ou allocations de recherche. Sachez qu'à partir de niveau bac+5 et dans le cadre de votre Master, DEA, DESS ou Doctorat, vous avez la possibilité de faire une demande au CROUS (chaque année du 15 janvier au 30 avril) en constituant votre Dossier Social Etudiant. Les sommes disponibles s'étalonnent de 3837€ (Master Recherche) à 4077€ (Agrégation). Vous pouvez également souscrire aux bourses d'aires culturelles, aux bourses attribuées par l'ATER ou celle à la préparation de concours IPAG ou CPAG.


Il existe enfin des prêts d'honneur délivrés sporadiquement par les services des bourses internes aux établissements mais aussi des Fonds d'Aide aux Jeunes, des Fonds de Solidarité Universitaires et des Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (adressez-vous au Bureau d'Aide Sociale de tout établissement d'enseignement supérieur p

ublic).  

 

Autres idées de subventions étatiques, l'aide au logement pour laquelle vous devrez vous adresser à la Caisse des Allocations Familiales ou encore les programmes comme Erasmus (constituer son dossier auprès du Service des Relations Internationales d'un établissement privé ou public.


Comptez 4 à 12 mois avant la période de départ souhaitée) et ses différentes allocations comme Socrates / Leonardo – qui vous alloue une somme de 50 à 130€ mensuels – ou encore PRAME, Marie Curie, Univers, collège doctoral, Lavoisier mais aussi COMEMIUS pour les pré-baccalauréat ...


Si vous décidez en revanche de partir seul vous avez droit à d'autres subventions comme de la part de la Commission Européenne, de différents Ministères ou Fondations.

 

Sites : http://ted.europa.eu/

http://europa.eu/index_fr.htm

http://www.projetsdeurope.gouv.fr/

 

Infos pratiques : le dossier à composer pour les procédures de mobilité internationale comprendra un CV, des lettres de motivation dans plusieurs langues, des lettres de recommandations de professeurs, une batterie de tests linguistiques voire un TOEFL ou TOEIC acquis selon les programmes d'échange et les établissements demandés.

 

Autres sources de financement institutionnel 


Parmi les choix qui s'offrent à vous il ne faut pas bouder l'alternative des Collectivités territoriales qui peut être avantageuse. Ces dernières proposent en effet des aides régionales comme départementales (dépendantes des Conseils éponymes).

 

Exemples de sites de Conseils Généraux :

 

www.isere.fr/203-le-guide-des-aides-du-conseil-general-de-l-isere.htm

www.cg29.fr/Le-Conseil-general-en-direct/Les-demandes-de-subvention

http://www.seine-et-marne.fr/subventions

 

Des prêts peuvent aussi être envisagés du côté des Chambres de Commerce et de l'Industrie. En ce qui concerne l'hypothèse d'un parrainage privé, dans le cadre de l'alternance si tel est votre cas, certaines entreprises acceptent de prendre en  majorité à leur charge l'apprenti.

 

Enfin, observons ce qui se fait au sein des ESC : au cas par cas, il y a des possibilités de monitorats internes aux services des écoles qui réduisent vos frais de scolarité, autorisent des paiements par mensualités voire conduisent exceptionnellement à des exonérations partielles – en fonction de l'implication de l'étudiant dans la vie de l'école – , tout comme de bourses internes sur critères sociaux mais aussi des partenariats écoles - banques proposant des tarifs favorables pour plusieurs services. Sont disponibles de nombreuses offres de petits boulots auprès des associations de campus, cela vaut le coup de se renseigner. 

 

Les jobs étudiants en général (saisonnier, restauration rapide, baby-sitting etc) restent un bon moye

n de compléter ses fonds.

 

Enfin, mis en place en 2008, le prêt étudiant garanti par l'Etat permet quant à lui d'emprunter jusqu'à 15 000€ pour 10 ans à un taux de 4% environ. En cas de conflit de paiement, l'Etat se portera garant à 70% tandis que les banques concernées complèteront à leur frais les 30% restants.

5 banques partenaires se sont alliées dans ce dispositif :

 

- Le Crédit Mutuel CIC

- Les Caisses d'Epargne

- La Bred

- La Société Générale

- Les Banques Populaires

 

La banque et son prêt étudiant


Si vous avez épuisé les options familiales ou privées de votre collecte de fonds, la solution la plus crédible reste un prêt étudiant contracté auprès des établissements bancaires classiques.

 

Rassurez-vous : les taux de ces prêts (de 2,90% à 4,50% Taux Actuariel Effectif Global) sont très inférieurs à ceux pratiqués pour les crédits communs à la consommation (à partir de 4,50% pour un prêt personnel contracté chez BNP Paribas, 6,93% pour un crédit auto chez Caisse d'Epargne etc). Si vous êtes étudiant en commerce, en IEP ou en école d'ingé vous avez de bonnes chances de décrocher ce type de formule  – ces filières étant jugées comme porteuses. Il faut savoir qu'un garant est exigé par la plupart des banques pour appuyer une telle demande de prêt, c'est celui du dépôt de caution de la part d'un tiers. Il vous faudra en outre être âgé de 18 à 30 ans.

 

Infos pratiques: des accords existent entre banques et mutuelles étudiantes (confère les partenariats Groupama Banque / SMEREP ou encore Banque Populaire / LMDE) qui vous exonéreront par exemple de certains frais de dossier, suspendront les frais de telle carte  bleue ou encore proposeront des tarifs préférentiels vers des partenaires (chaînes de Cinéma, opérateurs téléphoniques, etc).

 

Les tranches :


Si la moyenne des prêts étudiant souscrits s'élève à 8000€, vous pouvez choisir des montants de 760€ jusqu'à 20 000€ (exemple du Crédit Agricole pour un prêt étudiant classique) voire 50 000€ pour certaines formules (exemple de Bred et de son « prêt Grandes Ecoles »).

 

Dans les premiers temps de votre prêt, de 2 à 6 ans après l'avoir contracté, s'ouvre une période dite de franchise qui diffèrera vos remboursements pendant toute cette durée – temps estimé pour vous permettre de boucler votre formation. Vous devrez alors opter pour une franchise soit partielle (vous n'aurez à rembourser sur cette période que les intérêts plus les primes d'assurance – facultatives) soit totale (vous ne paierez rien excepté les primes d'assurance s'il en est question).

 

Vous aurez d' 1 à 9 ans au total pour vous acquitter des sommes empruntées. La deuxième phase de votre prêt, c'est l'amortissement qui est le noyau dur de votre remboursement des frais avancés.

 

Ne chargez pas trop la mule : vous pouvez prévoir une grosse fourchette en termes d'emprunt mais retirez en priorité de quoi régler vos frais de première année, puis échelonnez raisonnablement pour le reste.

 

Autres obligations bancaires :


D'autres prestations sont soumises à l'étudiant par les banques en-dehors des options citées : il en est ainsi de l'avance de rentrée qui est soit un mini-prêt (comptez entre 500 et 1000€) soit une autorisation provisoire de découvert.

 

Existe également l'avance de bourse, s'adressant aux élèves boursiers sur présentation d'un avis d'attribution du CROUS, est un découvert sur compte accordé de 400 à 3 000€ en moyenne. Ces offres possèdent des taux d'intérêt bas et doivent être honorées entre 2 et 12 mois.

 

(source : www.cbanque.com )

 

Informations supplémentaires :

 

www.cnous.fr

www.socrates-leonardo.fr

DAREIC sur www.ac-aix-marseille.fr

www.crijpa.com

http://ec.europa.eu/ploteus/

www.europe-education-formation.fr

www.eurodesk-france.org

www.infomobil.org

 

+ sites des ESC + sites des Banques


 

Et toi, fais-tu déjà partie des milliers d'élèves qui ont passé leur mini TAGE MAGE GRATUIT sur TageMajor ?

 


Théodore COUTURIER

Rédacteur Tagemajor.com

Autres articles pouvant vous interesser :

Comment réussir son premier jour de stage en entreprise

Master commerce international - interview d'un recruteur

Un guide pour améliorer son expression écrite

Le Bachelor manque encore un peu de notoriété

Le budget public 2013 alloué aux écoles privées a fondu