Le groupe ESC Dijon – Bourgogne adopte le statut d'association


L'ESC a pris de bonnes résolutions pour le début de l'année prochaine : elle passe au statut associatif sous la houlette de sa CCI d'origine et de plusieurs autres membres. TageMajor prenait part au vote à main levée au cours de l'AG.

 

L'ESC Dijon se dote du statut associatif

 

La dernière AG de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Côte-d'Or, a tranché : l'ESC Dijon passera officiellement au statut associatif à compter du 1er janvier 2013.


La CCI restera membre fondateur de l'école en compagnie des autres CCI de la région et de 6 entreprises et des collectivités territoriales bourguignonnes.

 

Son nouveau Conseil d'Administration sera donc composé de l'équipe de direction, des partenaires présentés ci-dessus ainsi que de 3 experts académiques et des représentants du corps salarial de l'école comme de délégations des élèves et diplômés.

 

Une prise d'autonomie nouvelle qui s'explique par un fort jeu de concurrences entre les écoles de commerce françaises dont le paysage se remodèle en ce moment-même. Avec à la clef des fusions - SKEMA - FBS - KEDGE - et des changements de statut.

 

Un recours à l'association de plus en plus fréquent

 

Pourquoi ce recours si répandu au statut associatif pour les ESC ? D'abord parce qu'elles se libèrent les mains en matière de gouvernance, avec leur propre CA.


Autour de la table, leurs enseignants, leurs chercheurs, des managers étrangers et à l'ordre du jour leurs propres orientations stratégiques.

 

Mais l'enjeu est aussi budgétaire, à l'image de l'EM Normandie dont la prise d'autonomie juridique et financière sous le statut associatif a permis de débloquer entre 2006 et 2011 19 millions d'euros contre 9 avant.

 

Et puis parce que les CCI ne jouent plus le jeu : leur part de financement des écoles est passée de 35 à 10 % en moyenne en 10 ans.


Or la compétition qui fait rage dehors ne permet plus d'être frileux en termes offensifs, de la communication de l'école en passant par l'offre pédagogique proposée.

 

C'est que le soutien public aux CCI n'est plus au rendez-vous : la dotation par l'Etat, qui a remplacé la TATP s'appliquant auparavant, est de 5 % inférieure à cette dernière et devrait tomber à 15 %, avec des répercussions immédiates sur leurs ressources.


Article rédigé par Julien Sandras, Directeur Pédagogique TageMajor.com

Autres articles pouvant vous interesser :

Zoom sur le Programme Grande Ecole

Audencia Nantes

Classement Financial Times 2013

NEOMA Business School

Oraux blancs à l'ESC Dijon pour ses admissibles