Classement Financial Times 2013


Comme chaque année, le Financial Times publie le classement des Masters européens d’école de commerce.


En 2013, même si la France reste bien représentée avec 6 écoles parmi les 15 meilleures formations, soit le pays le mieux représenté, on note de nombreux reculs dans le classement.


Cette année, ESCP garde sa place de dauphin derrière Université de St-Gallen, l’établissement suisse. Soit deux places devant sa grande rivale, HEC Paris (4ème), qui elle aussi maintient son rang de 2012.


Par contre derrière, la troisième « Parisienne », ESSEC, chute au classement en passant de la 5ème place à la 8ème place.


Dépassée par Rotterdam School of Management et IE Business School, l’ESSEC laisse donc entrer les Pays-Bas et l’Espagne dans le cercle fermé du top 5 des formations de Masters d’école de commerce.


Derrière, l’EM Lyon (11ème) et l’EDHEC (14ème) chutent chacune de 2 places et l’établissement lyonnais est même éjecté du top 10. Alors que l’EM Grenoble confirme ses très bons progrès et garde sa 13ème place, l’école fait son entrée dans les 5 meilleures écoles françaises.


Plus loin, on se réjouit de voir l’Iéseg intégrer le classement en se propulsant à la 24ème place. Avec la refonte de son programme et l’obtention des accréditations EQUIS (2012) et AACSB (2013), l’Iéseg confirme sa montée parmi les meilleures formations.


On ne peut que se réjouir d’observer une telle montée d’une école post-bac dont le niveau est désormais équivalent aux meilleures ESC françaises. Des écoles post-bac françaises dont le niveau progressent encore et encore.


Derrière de nombreuses écoles perdent des places : ESC Toulouse (26ème), Skema (29ème), Audencia (31ème), ICN Nancy (60ème). Alors que dans le même temps Télécom BS progresse de nouveau (34ème, +7 places par rapport à 2012), ainsi que l’ESC Montpellier (36ème, +13 places par rapport à 2012).


La chute des écoles qui fusionnent


La grande claque est reçue par les deux nouvelles écoles issues de fusions. En effet, Kedge se classe 38ème et Neoma la talonne à la 39ème place. Cet étonnant classement vient certainement du manque de visibilité affiché par ses deux nouveaux groupes dont peu d’informations ont été données avant la rentrée.


Alors que Kedge a communiqué plus tôt, Neoma vient seulement d’annoncer son nouveau nom.


Un retard qui semble la pénaliser plus fortement que son homologue, puisque les désormais deux ex-ESC (Reims et Rouen) qui la composent étaient beaucoup mieux classées en 2012 que les écoles qui ont fusionné pour former Kedge (Euromed Masreille et Bordeaux EM).


En effet, Rouen et Reims étaient respectivement classées 19ème et 25ème en 2012 alors que Bordeaux était placé en 30ème position et Euromed en 34ème place. Le coup est rude pour les deux nouveaux groupes, qui devraient néanmoins rapidement reprendre des places dans les années à venir.


Un classement donc très mitigé pour les écoles françaises : même si la France confirme la qualité de ses meilleures écoles de commerce en Europe (6 parmi le top 15), on note malgré tout 10 reculs sur les 17 écoles pour seulement 4 progressions au classement.


Progressions qu’aucune école française n’a connues parmi le top 15 puisque les 4 progressions interviennent toutes au-delà de la 20ème place. 


Le classement 2013 du Financial Times



Article rédigé par Julien Sandras, Directeur Pédagogique TageMajor.com

Autres articles pouvant vous interesser :

Zoom sur le Programme Grande Ecole

Audencia Nantes

NEOMA Business School

Oraux blancs à l'ESC Dijon pour ses admissibles

L'épreuve du CV prospectif à la Skema